lundi 15 mai 2017

Paris Tokyo

Retrouver mes fils,
revoir Paris.
J'aime ma campagne, mais je me passerais difficilement
de ces séjours éclair dans la Capitale.

Plaisir à son comble en parcourant 
l'exposition Tokyo-Paris avec mon plus jeune fils,
au Musée de l'Orangerie.

Histoire d'une collection.
La collection d'un industriel japonais Shôjirô Ishibashi,
Président de l'entreprise de pneumatiques Bridgestone (1889-1976),
ouvert sur le monde,
"missionnaire de l'art occidental".

Les chefs d'œuvre de cette collection
sont abrités au Musée Bridgestone de Tokyo,
mais celui-ci est en travaux... alors...
certaines œuvres classées ont bénéficié 
d'une sortie du territoire japonais,
pour rejoindre le Musée de L'Orangerie,
unique étape occidentale...
Quel privilège !!

L'œuvre que j'ai préférée 
(non photographiée en entier, je n'aime pas que les encadrements
soient visibles !)


Takeji Fujishima
 1902
Réminiscence de l'ère Tempyô
(peintre japonais qui viendra étudier aux Beaux-Arts de Paris)




Takeji Fujishima
1909
Éventail noir
(à la manière de nos peintres occidentaux)




Paul Gauguin 
1886
(Poupée et éventails japonais sont introduits dans cette Nature morte
à la tête de cheval !)




Pablo Picasso
1923
Saltimbanque aux bras croisés
(J'aime l'alliance de ces deux couleurs vives, contrastant avec le visage et la posture sereine)



Découverte  d'œuvres  jamais vues,
parmi d'autres à découvrir aussi
dans Beaux Arts (hors série).
La ville de Tokyo n'était pas si éloignée de Paris !



mercredi 10 mai 2017

Faire comme si...

Imaginer rejoindre cet atelier de couture,
peint par l'artiste Arlésien Antoine Raspal.
Les couturières travaillent les "indiennes",
ces tissus colorés peints ou imprimés
qui, à l'origine, étaient importés des comptoirs des Indes.

En France, on se mit à produire des indiennes,
dans des manufactures situées à Nantes, Mulhouse, Rouen...

Les motifs de ces indiennes sont inspirants.
Alors, si je m'amusais à "faire comme si".
Comme si, il fallait imaginer des motifs....





Quelques croquis,
pour graver la gomme...



Poursuivre l'exercice,
en mettant en scène les motifs,
comme un carnet de collection...

Mes jolis ciseaux de brodeuse et couturière,
fabriqués à Nogent en Bassigny,
sont invités sur ces photos...









"Indiennes"
quel joli nom.
Le petit tour dans l'atelier des couturières, peint
par Antoine Raspal, s'achève avec ces dernières photos
où la gravure de ces tampons m'a permis d'imaginer 
des "impressions textile"
... qu'il faudra un jour transférer réellement sur un coton...
un autre projet !




 




 
 
 
 

 

dimanche 16 avril 2017

Carnet d'inspiration... couleurs du Marais

Touches de violet, de mauve, de vert, de rose, de bleu...
Se promener sur les bords de Sèvre au printemps et
vouloir que jamais ces couleurs ne s'effacent !


Des barques que l'on devine.
Un écrin de verdure.





Un miroir d'eau.
Sous le soleil, les feuilles de nénuphars 
prennent une couleur argent.





Sur le chemin du halage.
L'entrée d'une maison, au charme surrané.





Composition insolite.
Les iris côtoient des cactées.





Comme une invitation.
Glisser sur la Sèvre avec une barque.
Savoir que tout au bout du chemin d'eau,
il y a l'Atlantique.





Tapis de mousse au bord de l'eau.
L'iris violette se fait remarquer, fière de faire tache au milieu des verts.





Sur le chemin du retour, 
fouler un tapis de pétales rose.
Comme une pluie de confettis pour célébrer  tant de merveilleux !




 
 

 

lundi 3 avril 2017

Histoire de mémoires

Une amie et sa Maman m'ont confié 
des albums photo, des carnets,
des lettres...
Comme une multitude d'empreintes
laissées au fil du temps.
Tout ceci pour leur écrire l'histoire
d'une maison de famille réinvestie depuis peu.
Une maison qui se remplit à nouveau de rires d'enfants,
une maison porteuse de nouvelles promesses, de nouveaux projets.

Voici quelques photos des objets de "mémoire",
sans rien révéler de cette famille qui me fait confiance.
Témoignage d'une première génération.
Le carnet de route d'un jeune homme
parti combattre durant la première Guerre mondiale.





Un autre album photo, orné d'un ruban de taffetas.
Des menus des années 20 où les noms des plats
ne manquent pas de grandiloquence !!
Galantine de foie gras à l'Infante,
Croustade Pompadour,
Petits pois à la Française,
Buisson d'Ecrevisses...





Des souvenirs à foison,
témoins de plusieurs générations habitant un même lieu.
Des maîtres, des métayers, des domestiques fidèles, des récoltes, des plantations,
des animaux d'élevage ou de compagnie, une mare, des amis de passage,
du bruit dans la cuisine, des chambres d'hiver, des chambres d'été.
Des mariages, des générations qui cohabitent.
Puis des envies d'évasion et de découverte comme en témoigne
ce menu coloré des années soixante.
Un dîner de gala à bord du prestigieux paquebot France.







En attendant de trouver le temps de prendre connaissance de tous ces documents,
d'écrire l'histoire de cette maison, j'ai voulu faire pour mon amie
une affichette (format A5) dans un esprit ancien, façon tissu...
J'ai trouvé l'inspiration des motifs, à partir de la photo d'un châle ancien.
Motifs gravés.







Tons or, bleu, rouge et vert







Prêt à être postée,
une affichette symbolique pour un quarantième anniversaire.
Je l'ai imaginée encadrée, sur l'un des murs de cette maison accueillante, 
habitée d'une âme.


 
 

samedi 11 mars 2017

Vol à destination de New-York

Il y a quelques mois j'avais acquis des livres anciens
provenant de la Bibliothèque municipale ; ce qu'on appelle des "sortis de collections".

Celui-ci m'a fait un clin d'œil, publié en 1982.
Potentiellement, mes fils et moi avons pu feuilleter ses pages 
lors de nos sorties du mercredi à la bibliothèque !




 


Le graphisme des illustrations restitue la verticalité de cette ville.
Des bâtiments qui s'élancent vers le ciel,
qui s'alignent le long d'axes réguliers.
Voici une page (World Trade Center) qui évoque des souvenirs ayant marqué l'Histoire à tout jamais.







J'ai acquis ce livre pour la somme symbolique d'un euro.
Alors pourquoi ne pas transformer une illustration de ce livre,
en mêlant un travail d'impression de gravure sur gomme ?

Allez, je me lance.
Les couleurs ?
L'orange "néon" pour une ville qui ne s'éteint jamais ?
Le gris métallique pour évoquer les constructions de fer ?
Le graphisme du tampon ?
Des lignes un peu Art déco,
en référence au Chrysler Building (construction 1930-1931) ?




 
Finalement je superpose orange fluo et gris métallique.
Je ne sais pas encore où je vais,
mais les impressions sont inévitablement "verticalisées" !



 



Il s'ensuit un travail de découpage de "bandes" collées sur un passe-partout blanc,
où l'illustration du Chrysler Building a trouvé sa place.
Réflexion, hésitation... il faut faire un choix...
... alors voici le résultat. 




Voici le texte, de l'auteure du livre, consacré à ce beau gratte-ciel :

"Construit en 1930, le Chrysler Building fut pendant deux ans le plus haut gratte-ciel du monde avant que l'Empire State ne le détrône. 
Il conserve la quatrième place parmi les géants et surtout sa belle originalité. Son casque d'acier contient des diamants qui
scintillent au soleil couchant ; ses ascenseurs s'ornent d'une marqueterie d'acajou et ses halls d'entrée sont dallés de marbre".


Et si on prenait un vol pour New-York ?




 
 
 
 

 

dimanche 26 février 2017

Ciseaux de brodeuse

Il y a quelque temps,
Sophie, l'amoureuse de mon fils aîné,
avait évoqué son admiration pour 
les ciseaux de brodeuse.

Ils sont de petite taille. 
Les plus anciens sont ouvragés, précieux,
à l'image de ceux-ci trouvés sur Pinterest.






En fin d'année dernière,
nous avons fait un petit tour
au pays de la coutellerie (Nogent en Bassigny)
et j'ai pu acheter ces petits ciseaux de brodeuse,
cadeau tout trouvé pour l'anniversaire de Sophie.
Sur la photo, se trouve également une boite originale
pour y déposer un vers à soie (fin de stock mis en vente
au Musée de la soie dans les Cévennes).







Ces charmants ciseaux devaient trouver un écrin.
Alors au travail... avec des matières stockées à la maison,
feutrine bleu marine, cuir orange et tissu esprit seventies
vu déjà par ICI.






Improvisation,
Exercice de couture,






Les ciseaux de brodeuse ont trouvé leur écrin.
Trois ronds de papier seront tamponnés d'une fleur pop, embossée.
Ils porteront un message pour un très bon anniversaire...



 

 
 

lundi 20 février 2017

Pommes, pommes, pommes

Depuis quelques semaines,
retour en atelier avec le "Maître", 
au gré de mes jeudis soirs libres.

Je l'avais évoqué ICI.
Six années de cours du samedi
s'étaient achevées...
puis le "Maître" a dit :
"les cours me manquent..."
Nous sommes aujourd'hui 5 privilégiées 
à envahir ... sa cuisine... qui se transforme en atelier
le temps d'un soir.

Premier travail figuratif : des pommes posées sur un chiffon blanc.
Ouïe, le dessin n'est pas mon fort !
Je ne sais pas par où commencer !

Mon appréhension s'estompe lorsque le Maître
me tend son appareil photo.
Finalement, je cadre le sujet à ma façon.
Je peux ainsi visualiser sur l'écran,
ce qui m'aide à faire cette mise en place :







Oui, les pommes seront bleues vertes.
Je fuis l'idée de m'ennuyer dans un exercice "artistique".
Le Maître tend ses pastels gras.
Certaines surfaces en peinture acrylique
seront "balayées" de ces pastels qui animeront les couleurs.
Je souhaite rajouter un "côté déco",
alors je fais des pochoirs pour "imprimer" le tissu.
(référence au travail des tampons gravés sur gomme pour lequel j'essaie de m'exercer régulièrement !)







Quelques semaines plus tard,
les dernières touches sont apportées.
L'exercice de la couleur est celui que je préfère,
celui qui me donne le plus de plaisir
et ne prend pas toujours le pas sur ce qui paraît
toujours aussi difficile : le dessin, les ombres, les reliefs...





Et pour finir ce billet,
qui permettra de commencer la semaine
par un brin de poésie.
Voici la jolie phrase de l'écrivain-chanteur Québécois Félix Leclerc :
"Chaque pomme est une fleur qui a connu l'amour".