lundi 28 novembre 2016

Comme une nouvelle rentrée des classes

Mon fils aîné reprend une formation.
Un nouveau cursus de six mois pour un nouveau métier
à exercer sans doute ailleurs qu'à Paris,
vers un retour aux sources en province
où le rythme de vie est plus lent.

Alors pour cette "nouvelle rentrée",
j'ai voulu lui offrir symboliquement des cahiers personnalisés.

Recherche d'un thème masculin... pas facile...







Mise en œuvre sur un cahier (couverture Kraft)






Enfin un deuxième cahier improvisé avec des motifs gravés il y a quelque temps





Puis pour terminer,
comme une petite madeleine de Proust,
un extrait d'un cahier de poésie
de mon grand garçon,
alors en CM1,
précieux souvenir
d'une écriture appliquée.






Belle route à toi...


vendredi 18 novembre 2016

Bullet journal ou simple carnet de notes ?

Le bullet journal a le vent en poupe.
Il éviterait la procrastination et ressemble à ceci

Crédit photo - violettefactory.com 


Crédit photo - violettefactory.com


Nous courons après le temps.
Les semaines filent et l'on se dit "déjà !"
Oui, avoir le sens de l'organisation, cela peut aider.
Oui, la planification assiste la mémoire et permet de ne rien oublier.
Oui, il existe des choses à faire qui ne sont pas forcément plaisantes,
mais que l'on ne peut indéfiniment reporter.

Alors, ce petit cahier publicitaire est tombé entre mes mains




L'opportunité était belle.
Avant même de savoir si j'allais adopter le bullet journal,
j'ai fait ceci avec des tampons vus ICI





Puis le cahier publicitaire s'est transformé ainsi



Enfin, le mot "notes" sur la couverture m'a convaincue.
Le bullet journal n'est pas vraiment fait pour moi.
Les "cases à cocher", l'enchaînement des mois, semaines, journées
est (à mon sens) un peu "stressant".
Alors, non à la procrastination et oui à une forme de liberté.

J'ai opté pour un simple carnet de notes, comme un aide-mémoire "anniversaires, rendez-vous...",
mais il servira aussi à fixer des petits moments de vie, de plaisirs, comme celui-ci


Très bon week-end en toute liberté !
 

dimanche 13 novembre 2016

Quelque part en Charente...

Un petit coin de paradis,
quelque part en Charente.

Un paysage vallonné,
une maison fermée quelques années,
après y avoir abrité plusieurs générations de femmes.

Les fenêtres se sont à nouveau ouvertes en septembre dernier.
Pour un renouveau, la lumière a baigné les pièces traversantes.
Les bruits, les rires on retenti et bousculé les murs,
portant encore les souvenirs du passé.
(Les rideaux, les papiers peints, les objets évoquent art de vivre, modes passées...
comme une machine à remonter le temps !).

Mon amie Cécile a retrouvé une partie de de ses racines ici.
Elle et sa tribu (son mari et leurs trois petits d'hommes)
ont choisi de s'ancrer dans ce petit coin de paradis,
loin du tumulte.

Enfin, j'ai pu découvrir la maison de sa grande tante Simonne 
dont nous avions tant parlé sans même imaginer qu'elle puisse un jour 
y poser ses bagages.

C'est une belle histoire... de mémoire... de vie qui continue...



Invitation pour une promenade autour de la maison


Un parterre de cyclamens sauvages




Une ancienne petit chapelle 
(convertie il y fort longtemps en laverie)
(dans la niche... un nain de jardin veille !)
 






Des arbres centenaires, imposants, au tronc noué
(tiens je n'avais pas remarqué,
les feuilles sont encore vertes !).
 



Profusion d'hortensias.
Leur rose automnale est flamboyant.




Je suis sous le charme de ce bel endroit.
Nous y reviendrons au printemps pour d'autres couleurs, une autre lumière, une autre ambiance.

mardi 8 novembre 2016

Ginkgo, vous avez dit ginkgo ?

J'ai retrouvé cette feuille mise à sécher dans un livre.






La feuille de ginkgo est le symbole de la ville de Tokyo au Japon.
Alors, j'ai tenté un exercice de gravure sur gomme autour de cette feuille inspirant une forme de zenitude.





Plusieurs essais qui sont devenus des marque-pages.






Pour poursuivre dans la "sagesse",
une courte citation a été reprise au verso,
avec une touche japonisante (petit papier japonais collé).
Enfin, chaque marque-page est passé à la plastifieuse
pour mieux résister au temps.



 
 

 

jeudi 3 novembre 2016

Sur la plage, abandonné...

Sur la plage, abandonné...
j'ai trouvé ceci






Cette forme semie arrondie,
ce creux sur la partie inférieure,
m'ont tout de suite fait penser
à un bel objet lié au travail du peintre.
Ça se précise ?






Sur la plage, abandonné,
j'ai trouvé ce galet aux formes harmonieuses
et comme une évidence, je lui ai donné quelques couleurs
afin qu'il se transforme en palette.
Comme un petit bijou de la nature
qui s'est offert à mon imagination !!

 



Bon week-end... créatif... ou complentatif ??!!
 
 

lundi 31 octobre 2016

Automne, à Paris

Paris,
juste le temps d'un week-end pour voir mes fils
et profiter d'une expo.
Puis se promener dans les parcs ensoleillés
où les feuilles d'automne sont mises en lumière.

Nous avons pu apprécier quelques belles œuvres
de Henri Fantin Latour (1836-1904)
Au Musée du Luxembourg, une exposition intitulée  "A fleur de peau".
Pourquoi ?
"Il apparaît comme le dernier des romantiques pour les uns,
le premier des symbolistes pour les autres.
Dans tous les cas, un artiste intense et délicat
cachant sous les glacis d'une peinture austère une sensibilité à fleur de peau".


Tout d'abord promenade dans le quartier du Musée





Morceaux choisis,  raccord avec la saison





Deux autres jolies compositions




 


Fantin-Latour, c'est aussi des autoportraits, 
des portraits de groupe,
des scènes oniriques...

Portrait studieux de Marie "la liseuse",
soeur du peintre.



Puis, promenade dans les rues de Paris.
Je ne peux résister à vous montrer cette photo d'un immeuble détruit.
Sur l'un des murs de côté, un papier peint offre une scène insolite.
Il a résisté au temps, aux modes ?
Combien de décennies a-t-il traversé ?
Qui a vécu dans cet appartement qui n'existe plus ?



Enfin, souvenir de notre promenade
dans le square des Batignolles...
Scènes d'automne.



  


 
 
 

 
 
 
 


jeudi 20 octobre 2016

Profiter encore du soleil

Comme je l'ai écrit dans le précédent billet,
dimanche dernier j'ai gagné une année de plus.

Ce fut l'occasion de partir le temps d'un week-end,
pas très loin de la maison, sur l'île de Ré.
Histoire de nous rappeler que nous sommes privilégiés et
que tout près de chez nous, des merveilles s'offrent à nous.

Du soleil, peu de monde... de quoi savourer mieux encore !

Voici quelques photos prises à Ars, tout près de l'océan.
Soleil, lumière, grand air et douceur de vivre.


Une venelle. Au fond le clocher typique d'Ars.



L'enseigne d'un artiste peintre



Une ancienne boucherie vouée à la destruction.
Conservera-t-on ce charmant dessin ?
Pas sûr , hélas !



Un bel alignement de toitures.
Ré la blanche porte bien son nom



 
Le fracas des vagues, spectacle fascinant.




Grande marée, les rochers se découvrent.
Des dessins se révèlent, à la manière de petits tampons circulaires !

I


Nous campons près de l'océan.
De merveilleux couchers de soleil s'offrent à nous.
Précieux instants du soir n° 1

 

Précieux instants du soir n°2

 

Collection de souvenirs,
pour s'acheminer doucement vers les jours plus courts, moins ensoleillés, moins colorés.