lundi 8 août 2016

Vive la cuisine jeune !

"Vive la cuisine jeune",
c'est le titre de ce livre publié 
dans les années 70
et qui fut mon premier livre de cuisine.



Ce cadeau m'avait été offert par ma Marraine.
J'adorais les illustrations de Jacques Poirier
(Oui bien sûr à l'époque je ne réalisais pas que derrière ces recettes
se cachait un illustrateur !)

Retour vers le passé, où en Primaire, le temps de repos 
des petits écoliers était le jeudi, et non le mercredi.


Voici deux exemples de recettes sucrées éveillant les papilles, 
et favorisant l'imagination.





Aujourd'hui je me rends compte que mes fils n'ont pas eu l'occasion 
d'utiliser, ni même de feuilleter ce livre qui fut vraiment pour moi éducatif !!

Pour autant, tout naturellement, 
les adultes qu'ils sont devenus, aiment être en cuisine,
pour expérimenter, faire plaisir.

Alors, à partir de cette gravure vue dans ce billet



 
j'ai fait, à l'aide d'un torchon ancien
un tablier de cuisine pour mon fils Flavien



J'aime cette idée de faire revivre les objets...
Ce torchon avait rejoint la boutique d'un brocanteur.
Comme en attestent les initiales brodées en rouge,
il appartenait au trousseau de RG...
Rachel, Rebecca ?... Peut-être Reine ?

Il y a quelques années, une amie m'avait offert
un petit livret illustré "La cuisine - citations -
une sélection de belles peintures et de beaux textes".

Je vous livre celui-ci ... plein de gourmandise !
"J'ai encore en mémoire le violent parfum d'amande sauvage qu' exhalaient  les voluptueux abricots des étés d'alors, sacrifiés en sages bocaux et rangés en vagues caramélisées, sur la tarte chaude au sortir du four ; tandis que entre mes deux pieds frileusement "enchaussonnés" et pareillement échoués à la bouche du four, je regardais les chapeaux des belles et grosses pommes de terre farcies se soulever en spasmes de plaisir"
d'un nommé... Michel Guérard !!!

 


 


 


 

dimanche 31 juillet 2016

Le monde entier est un cactus

Le monde entier est un cactus,
nous nous piquons de le savoir !
(Les cactus - Dutronc et Lanzmann)

Graphiquement, les cactus sont actuellement très "tendance"

Ils ne sont pas mes plantes préférées !!
Pour autant, Pinterest offre à voir
de beaux spécimens...
plus colorés à mon goût.





 


De ces photos...à un nouvel essai de gravure,
Il n'y avait qu'un pas !!!




La belle piquante est ici entourée d'un passe-partout 
en papier fait main (Boesner)




Belle fin d'été,
avec ou sans cactus !






 

 
 



 

lundi 18 juillet 2016

Number 47

Tout ceci est parti
d'une sempiternelle phrase
de ma collègue Emilie...

au sujet
de 47 heures
de travail réalisées
et effacées
par l'entreprise qui nous emploie,
comme si elles n'avaient jamais été exécutées.

L'histoire n'a rien de drôle,
ni d'extraordinaire.
Son goût amer
s'est estompé et l'anecdote
est devenue une ritournelle.
Au point qu'un jour je lui ai dit
"je te ferai un cadeau avec
le nombre 47 à l'honneur".

Comme ma dernière lubie
(dit mon plus jeune fils),
c'est la gravure de tampons (confer les derniers billets !)...



Alors, c'est parti autour
du "Number 47"
Mise en place de "caches"
le 4, le 7,  puis des bandes pour réserver des blancs.







Puis plein de petits tampons gravés sur gomme.
Des impressions à l'encre sur toute la feuille,
pour un résultat coloré.







Levée des "caches"
pour découvrir les blancs...
Surprise !!






Cette histoire de "47"
se termine plutôt bien,
dans un cadre un peu argenté,
pour un petit cadeau "clien d'oeil"





Et oui Emilie, je l'avais promis !!


samedi 9 juillet 2016

Clic clac... Kodak

Pour le départ d'un jeune collègue,
j'ai commandé à "La Fabutineuse"
une petite affichette
(original d'une gravure sur linoléum).

Un cadeau au charme vintage
pour un passionné de photographie.
(Je suis ravie car ce "clin d'oeil" a fait mouche !)





"Clic clac Kodak"
n'aurait jamais été un slogan de la marque
mais plutôt une expression passée dans le langage courant
au même titre que "Bébé cadum" (source)
En 2012 la marque mythique disparaît.
Aujourd'hui, la photo numérique a pris le pas sur l'argentique (ceci explique cela)
à portée de téléphone... portable.



Alors juste pour la nostalgie,
retour sur ce billet qui mettait à l'honneur
ce charmant appareil photo carré très populaire à son époque.





Puis cet autre billet
pour la mise en scène d'un appareil photo "souvenir de famille" d'une amie






Il y a quelques semaines,
j'ai retrouvé certains de ces objets
dans l'appartement parisien
du plus jeune de mes fils.
J'aime beaucoup leur "mise en scène" non travaillée
mais qui dégage néanmoins nostalgie et charme.










Je termine par cette jolie phrase du photographe Pierre Movila (1958)

"Une photographie, c'est un arrêt du coeur d'une fraction de seconde".



lundi 4 juillet 2016

Retour d'atelier chez Fabienne, alias La Fabutineuse

Certains rêvent de pouvoir assister au concert des Insus ou de Muse,
d'autres se damneraient pour suivre un match de foot de l'Euro 2016...
Moi je n'y pensais même pas
et pourtant
c'est arrivé.
J'ai pu suivre un atelier au domicile de Fabienne,
répondant à l'alias artistique de la Fabutineuse.

Pour un après-midi créatif,
il m'a fallu faire près de 6 heures de route aller/retour
mais
quand on admire,
on ne compte pas,
et puis c'était tellement inespéré,
il ne fallait pas louper cette belle opportunité !

Je suis Fabienne depuis pas mal de temps (blog et compte Instagram).
Son univers met du peps et de la poésie
dans un quotidien un peu trop mercantile, un peu trop gris.
A partir de son livre avec des "pas à pas",
j'avais fait quelques essais seule.
(des exemples : ici, puis )
Comme le dit l'expression : "aux innocents les mains pleines".


Alors en piste pour écouter Fabienne et ses précieuses indications.
Notre petit groupe de filles, joyeuses d'être là, studieuses, appliquées et concentrées.


crédit photo Blog La Fabutineuse - c'est Fabienne qui a pris la photo et nous ne la voyons pas ici


Un aperçu du travail de gravure, soigné et précis de Fabienne (5 ans d'expérience seulement)



Nos gommes et modèles étaient remis dans ce charmant sachet.
1ers essais gravures.




Réalisation de 2 petits carnets (avec majoritairement les tampons personnels de Fabienne - J'adore ses oiseaux)



L'après-midi a filé trop vite.
Tester les gouges, les encres.
Evoquer les possibilités infinies de cette technique sur papier, sur textile.
Tout ceci a un goût d'enfance.
Ah, les jolis tampons à l'encre violette
de nos institutrices de l'école primaire
sur nos cahiers du jour !!!
Une petite madeleine de Proust.

Bon, on se quitte (il faut bien !) et retour à la maison
pour des tests dès le lendemain.
Et bizarrement, je me sens maladroite, imprécise dans le geste.
Oui, il va falloir travailler, surtout la technique du cutter qui demande une grande précision du geste.

Je suis partie d'un ticket de restaurant conservé (La Otra Casa à Madrid).
Et voici...


Bof, on repassera pour la finesse,
alors j'enjolive !!



Un mot : "persévérance"  (le plaisir est là, ça c'est certain !)

Enfin, je terminerai par une phrase empruntée à Albert Einstein (et oui !)
et qui convient fort bien à Fabienne (Merci à toi)

"La créativité est contagieuse, faites la tourner".







vendredi 1 juillet 2016

Variation rose

Le prétexte du billet de ce jour,
sera cette photo...


prise à Veules les roses (Seine maritime - Côte d'Albâtre).
Une plaque de rue ancienne qui marque le début
du chemin des Champs-Elysées.

Alors de retour à la maison,
j'ai cueilli quelques roses et hortensias épargnés par la pluie,
pour une variation rose



Bouquet classique (pot à thé Mariage Frères)




Plongée dans le grand rose




D'un peu plus près...




Petit bouton rose posé sur un carré de coton ouvragé (chiné)



En ce début d'été, le soleil tarde à poser ses bagages
mais
est-ce une raison
pour ne pas voir
la vie en rose !!


dimanche 19 juin 2016

Satin de soie, organza, mousseline de coton, perles et paillettes...

Paris, le week-end dernier
fut l'occasion de découvrir
la très belle exposition
Fashion forward,  Trois siècles de mode  (1715-2016)
au musée des Arts décoratifs.

Un défilé de mode à travers le temps
qui met aussi à l'honneur (indirectement)
tous les artisans de l'élégance,
les brodeurs, les plisseurs, les boutonniers,
les passementiers, les dentelliers...

Une multitude de tissus, de couleurs,
qui permettent de fêter les petits mains
habiles de précision,
mettant en oeuvre le génie des couturiers.
En tous cas, c'est sous cet angle
que j'ai apprécié l'exposition.


Caraco dit "Mme Elisabeth" vers 1789



Percale de soie peinte à la main vers 1790




Robe de fillette vers 1865
Mousseline de coton imprimé




Robe du couturier Doucet vers 1910
Satin de soie recouvert de tulle métallique et tulle de soie




Robe aux abeilles (broderie de perles) vers 1900




Robe du soir Dior 1952
Organza de soie et broderie




Robe du soir courte Dior 1969
Sergé de coton brodé, perles, paillettes, franges de soie




Robe "Picasso" Saint Laurent
Collection Hiver 1979-1980




Détail Robe du soir 1996
Chanel - Karl Lagerfeld
Tulle et organza de soie brodé de paillettes
et cannetilles or par Lesage




Et pour finir, deux petits artistes avec leurs crayons de couleur Caran d'Ache
pour un atelier dessin.
Futur Christian Lacroix ?
Future Agnès B ?